Qu'est-ce que je peux déclarer ?

Exemples de cas déclarés

Les loverboys sont des trafiquants d‘êtres humains et des proxénètes

Nina* a 14 ans et vient de changer d’école. Elle est en conflit avec ses parents et passe de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux. C’est là qu’elle fait connaissance de Luca* qui prétend être son prince charmant. Nina tombe éperdument amoureuse. Sa relation avec Luca est intense et elle ne fréquente plus que lui. Quelques semaines plus tard, dans une chambre d’hôtel, Luca* vendra la fille à un premier client. Nina est tombée dans un piège dont elle ne saura guère sortir toute seule.

Les parents de Nina contactent le bureau d’enregistrement des déclarations et sont mis en relation avec un centre de consultation pour enfants et adolescents.

Prostitution forcée

A la fin de sa scolarité en Bulgarie, Aurica* ne trouve pas de travail. Par l’intermédiaire d’une connaissance, elle en trouve un en Suisse. Mais à son arrivée, elle se rend vite compte qu’elle a été vendue à des trafiquants d’êtres humains. Ceux-ci la forcent à rembourser ses « dettes » en se prostituant.

Une personne de son entourage fait une déclaration auprès du bureau d’enregistrement de déclarations. Aurica reçoit de l’aide.

Travail forcé

Waleska* appelle le bureau d’enregistrement et raconte qu’elle s’occupait durant plusieurs semaines d’un vieil homme dans une famille en Suisse. Jour et nuit, elle devait rester à ses côtés, quasiment sans recevoir d’argent. Elle n’avait presque pas de temps libre, et cette famille la discriminait et la menaçait. Waleska souhaite porter plainte.

Un jeune homme s’appelant Safak* travaille presque 24h/24 dans un magasin du quartier. Il doit également vendre de la marchandise illégale. On lui retient son salaire et le renvoie à plus tard. Quand il essaie de s’opposer, on le menace. Une cliente attentive appelle le bureau d’enregistrement de déclarations.

Mendicité organisée

Arjona* et Damian* font la manche dans différentes villes en Suisse, dans tous les lieux fréquentés par les touristes. Le soir, une voiture vient les chercher avec d’autres et ils sont obligés de donner tout l’argent au chef du gang. En Automne, ils partent dans des zones rurales pour mendier en allant de maison en maison en prétendant qu’ils sont étudiants. Ils n’ont guère de chances de sortir de cette situation tous seuls. Une femme attentive fait une déclaration auprès d‘ACT212

*Nom anonymisé.